Une gifle au visage des fonctionnaires UE

Les fonctionnaires UE ont poussé l'euro dans l'abîme. Il n'y a plus d'issue au surendettement massif de plusieurs pays membres de l'UE, situation provoquée par l'incompétence, la négligence, voire par la volonté de fonctionnaires et des politiciens irresponsables.

L'accord de Schengen, fierté des fonctionnaires bruxellois, s'est liquéfié. Plus trace de contrôles aux frontières extérieures de l'UE. Une immigration de masse comptant des millions d'individus se déverse sur l'Europe.

Il n'y a plus qu'une chose qui fonctionne encore à Bruxelles: les salaires et indemnisations totalement surfaits que les fonctionnaires de l'UE se sont eux-mêmes accordés continuent de couler à flot. Malgré l'échec de l'UE à tous les niveaux, malgré des caisses vides.

La gifle retentissante que les citoyennes et citoyens danois viennent de flanquer aux fonctionnaires bruxellois a-t-elle été comprise par l'appareil UE? Bruxelles prendra-t-elle simplement la peine de s'intéresser aux discussions qui ont été menées au Danemark avant et après le verdict du peuple? Il s'agissait de la participation du Danemark au système d'investigation policière Europol. Les débats ont été révélateurs. Aussi bien les besoins réels de la population que l'échec total de Bruxelles ont été étalés en public.

La poursuite de criminels en collaboration avec les Etats voisins par des agents de police formés dans la lutte contre la criminalité est absolument indispensable, ont relevé aussi bien les adversaires que les partisans d'une "collaboration plus étroite avec Bruxelles" (tel était le titre du projet soumis au peuple). L'unique point litigieux était le rôle de Bruxelles, donc le rôle de ces fonctionnaires qui n'apportent rien à la recherche de criminels mais qui, en mettant en place une lourde règlementation bureaucratique, veulent se tailler une part confortable dans le gâteau alimenté par les contribuables pour les investigations policières internationales. Car c'est bien de ces "tributs" que vit l'appareil bruxellois. Et ce sont précisément ces détournements de fonds par une bureaucratie improductive que les Danoises et les Danois ne sont plus prêts à accepter. Oui à la recherche policière ciblée, non à la bureaucratisation qui entrave l'exécution d'une tâche importante, voilà le verdict du peuple danois.

Existe-t-il au moins quelques personnalités raisonnables à Bruxelles – et dans les gouvernements des pays membres de l'UE – qui savent analyser correctement la décision des Danois?

10.12.2015 | 653 Aufrufe